Face aux impossibilites

Et, sans faiblir dans la foi, il ne considéra point que son corps était déjà usé, puisqu’il avait près de cent ans, et que Sara n’était plus en état d’avoir des enfants. (Romains 4 : 19)

L’essence de la foi véritable se trouve dans ce simple verset. Dieu venait juste de promettre à Abraham qu’il aurait un fils, et que celui-ci aurait une grande postérité. De façon remarquable, Abraham n’a pas douté de la promesse, même s’il avait largement dépassé l’âge d’avoir des enfants. Bien au contraire, quand Abraham reçut cette parole du Seigneur, il nous est dit qu’il «ne considéra point que son corps était déjà usé, … (ni) que Sara n’était plus en état d’avoir des enfants».

Pour un esprit rationnel, il était impossible que cette promesse puisse s’accomplir. Mais Abraham ne s’est pas arrêté à une telle impossibilité. D’après Paul, le patriarche n’avait aucune idée de la manière dont Dieu allait accomplir sa promesse. Il n’a pas raisonné avec Dieu, «Mais Seigneur, je n’ai aucune semence à planter. Et Sara n’a plus aucune vie dans ses entrailles pour concevoir un enfant. Ma femme n’a plus les capacités physiques de porter un enfant. Alors, comment vas-tu faire Seigneur?» Au lieu de se laisser entraîner par tant de questions, Abraham, simplement, «ne considéra point».

Le fait est que quand Dieu est à l’œuvre, produisant une foi éprouvée et plus pure que l’or, il met premièrement une sentence de mort sur toutes les ressources humaines. Il ferme la porte à tous les raisonnements humains, évitant ainsi tous les moyens d’une délivrance rationnelle.

La foi qui plaît à Dieu naît dans un lieu de mort. Je parle ici de la mort de toutes les capacités humaines. C’est un lieu dans lequel l’homme a fait premièrement des plans florissants qui sont morts ensuite. C’est un lieu où les espoirs humains apportent un soulagement provisoire mais s’effondrent soudainement, ajoutant un sentiment d’impuissance.

As-tu déjà été dans ce lieu de mort? T’as-t-il semblé qu’il n’y avait plus aucune option pour toi? Tu ne peux appeler personne pour te conseiller. Les cieux sont comme de l’airain quand tu pries, tes demandes retombent à terre.

Je te le déclare, c’est l’œuvre de Dieu. Son Esprit est à l’œuvre pour t’amener à arrêter de regarder aux impossibilités, que tu arrêtes de regarder aux voies et aux moyens humains, que tu arrêtes d’essayer de te sortir de ta situation par tes propres moyens. Le Saint Esprit te presse «Cesse de chercher de l’aide auprès des hommes. Et cesse de te focaliser sur combien tu penses que ta situation est sans espoir. Ce sont des entraves à ta foi.»

Source: http://davidwilkersoninfrench.blogspot.com

Lascia una risposta

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato.