Jésus nous appelle à vivre d’une manière qui n’attache aucune importance au lendemain mais place notre avenir entièrement dans ses mains : «Ne vous inquiétez donc point, et ne dites pas: Que mangerons-nous? que boirons-nous? de quoi serons-nous vêtus? (Car toutes ces choses, ce sont les païens qui les recherchent). Votre Père céleste sait que vous en avez besoin.»

« Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu; et toutes ces choses vous seront données par-dessus. Ne vous inquiétez donc pas du lendemain; car le lendemain aura soin de lui-même. A chaque jour suffit sa peine. » (Matthieu 6:31-34).

Jésus ne dit pas de ne pas faire des projets ou de ne rien préparer pour notre futur. Plutôt il nous dit: «Ne soyez pas inquiets ou préoccupé par le lendemain.» Quand vous y pensez, la plupart de nos inquiétudes sont basées sur ce qui se peut produire le lendemain. Nous sommes constamment harcelés par deux petits mots: Et si?

« Et si l’économie échoue, et je perds mon travail ? Comment vais-je payer l’hypothèque ? Comment ma famille pourra-t-elle survivre ? Et si je perds mon assurance maladie? Si je tombe malade ou dois être hospitalisé, nous allons être ruinés. Ou, si ma foi échoue en ces temps difficiles » ? Nous avons un millier de ces « et si » inquiétudes.

Jésus interrompt nos « et si » et nous dit, « Votre Père céleste sait comment s’occuper de vous ». Il nous dit ensuite, « Vous n’avez pas besoin de vous inquiéter. Vos Pères savent que vous avez besoin de toutes ces choses, et il ne vous abandonnera jamais. Il est fidèle quant à vous nourrir, vous vêtir et prêter attention à tous vos besoins ».

« Regardez les oiseaux du ciel: ils ne sèment ni ne moissonnent, et ils n’amassent rien dans des greniers; et votre Père céleste les nourrit. … Considérez comment croissent les lis des champs: ils ne travaillent ni ne filent; … cependant je vous dis que Salomon même, dans toute sa gloire, n’a pas été vêtu comme l’un d’eux».

« Si Dieu revêt ainsi l’herbe des champs, qui existe aujourd’hui et qui demain sera jetée au four, ne vous vêtira-t-il pas à plus forte raison, gens de peu de foi?» (Matthieu 6:26, 28-30).

C’est avec joie que nous rendons nos hiers au Seigneur, lui remettant nos péchés du passé. Nous lui faisons confiance pour la rémission de tous nos échecs passés, nos doutes et nos craintes. Alors, pourquoi nous ne faisons pas la même chose avec nos lendemains? La vérité est, que la plupart d’entre nous s’accroche solidement à notre avenir, s’appropriant nos rêves. Nous faisons nos projets indépendamment de Dieu, et ce n’est qu’après que lui nous demandons de bénir et d’accomplir ces espoirs et ces désirs.

Source: http://davidwilkersoninfrench.blogspot.it

Lascia una risposta

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *