Tenez-vous tranquille et sachez

En 1958, mon coeur était fendu au sujet d’une histoire d’environ sept jeunes qui passaient en jugement pour avoir assassiné un garçon infirme. L’Esprit Saint remuait dans moi si fortement que je me suis senti mené pour aller au palais de justice de New York où le procès avait lieu, et je suis entré dans la salle du tribunal convaincu que l’Esprit m’avait incité à essayer de parler à ces jeunes gens.

Comme la séance du jour se terminait, pourtant, une réalisation commençait à surgir en moi. J’ai pensé, “Ces garçons vont être emmenés par la porte de côté dans des chaînes et je ne les reverrai jamais.” C’est alors que je me suis levé et que je me suis avancé vers le banc du juge, où j’ai demandé la permission de parler avec les garçons avant qu’ils retournent dans leur cellule.

Soudainement, les agents de police ont bondi sur moi et j’ai été séance tenante expulsé du tribunal. Les flash de photographes m’entouraient et je fus innondé par les questions des correspondants qui couvraient le procès. Je fus sans parole, complètement abasourdi, au coeur d’une situation humiliante et embarrassante. J’ai pensé, “que mon église pensera-t-elle à mon retour? Les gens vont me considérer comme un fou. J’ai été tellement naif.”

Au milieu de tout ce chaos, j’ai prié en moi, ” Seigneur, j’ai cru que vous m’aviez dit de venir ici. Qu’est-ce qui a tourné mal ?” Je ne pouvais pas prier à haute voix, évidemment, parce que les média auraient cru que j’étais encore plus fou que j’apparaissais. (Et je semblais assez bête déjà, comme je portais un noeud papillon!)

Dieu a entendu le cri de ce pauvre homme ce jour-là et il a honoré mon cri silencieux depuis. Vous voyez, de cette scène très pitoyable dans le palais de justice, le ministère de Défi d’Adolescent était né, avec une portée aujourd’hui qui s’étend dans le monde entier. Et je partage heureusement dans le témoignage humble de David du Psaume 34 : “mon âme la fera se vanter dans le Seigneur : l’humble entendra de cela et sera heureux” (le Psaume 34:2).

David dit ici, essentiellement, “j’ai quelque chose à dire à tous les croyants humbles en Dieu dans le monde, à présent et dans les années à venir. Aussi longtemps que ce monde existe, le Seigneur délivrera chacun qui l’implore et fait confiance en lui. Dans sa clémence et son amour incroyable, il m’a délivré, bien que j’ai commis un acte de fou.”

Tout ce que vous devez savoir est que notre Seigneur béni entend chaque cri sincère, à haute voix ou en silence. Même si vous avez agi bêtement ou avez eu un échec terrible dans votre foi, vous devez retourner et faire appel à votre Délivreur. Il est fidèle à entendre votre cri et à agir.

Source: http://davidwilkersoninfrench.blogspot.it

Lascia una risposta

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *